Rechercher

BRETONIE EXPRESS


Comme pour beaucoup, le covid-19 a, bien sûr, contrecarré mes plans de voyage pour cet été. Il fallait bien que je me résigne, je devais tirer un trait sur le Pérou. Il me fallut un peu de temps pour avaler la couleuvre mais je n’allais pas me laisser abattre. On a un magnifique pays, j’ai l’outil idéal pour le découvrir et ma meilleure amie fera une partenaire de choc pour me suivre dans cette aventure.

C’est donc légèrement sur un coup de tête que nous faisons les sacs, le plein du combi et que nous prenons la route en direction de la Bretagne. En amoureux de la nature, il était obligé que nous poussions la visite vers cette contrée encore sauvage. De plus, une amie sur place sera un atout majeur en cas de problèmes.

Ayant fini la réfection de mon moteur quelques jours auparavant. Je décide donc de partir à la fraîche et de prendre tranquillement l’autoroute pour ne pas trop brusquer mon vieux compagnon. C’est donc à 4h00 du mat que nous décollons. J’aurais bien le temps de finir le rodage d’ici notre arrivé. 

Malheureusement à peine deux heures après notre départ, le combi s’immobilise sur la voie d’arrêt d’urgence un kilomètre avant une sortie que j’arrive à atteindre péniblement à la poussette. Mes choix n’étaient peut être trop audacieux. On laisse le dépanneur charger la bête et nos espoirs de liberté. Mais, grâce à l’intervention de l’atelier BUG’N’RUS, nous pouvons reprendre la route après le remplacement de l’allumeur.

A présent, ça sera par les petites routes que nous continuons le périple en espérant préserver la santé de notre vieux camper. La panne ayant chamboulé notre programme, nous n’aurons pas trop le temps de visiter sur l’aller. Nous rejoignons notre amie sur Vannes, pile poil pour l’heure de l’apéro! Nous sommes sauvés.

Après avoir visité Vannes, nous passons sur Quiberon et son fameu châteaux qui sera fermé pour confinement juste après notre passage. Décidément ce satané virus nous poursuit. Que cela ne tienne, nous poursuivons par Belz, puis la pointe du Raz où nous poserons le combi sur un point dominant où nous voyons pas moins de cinq phares.

Nous continuons par un des plus beaux villages de France, Locronan, puis cap sur ce que j’ai surnommé “le St Tropez de la Bretagne”, le Crozon, ou nous faisons la rencontre d'un artiste à l’atelier démentiel. Nous suivons ensuite les pointes, Camaret sur mer, puis plus au nord Roscoff, Ploumanach,  Dinan, Saint Malo.

Mais mon but ultime, c'était d’atteindre le Mont Saint Michel. Ce village me fascine depuis toujours, par son histoire ainsi que son architecture. Il fallait que mon combi m’y amène. Chose faite! Même si je dois avouer avoir été un peu déçu, notamment par l’aspect pécunier qui gravite autour! Mais bon quel spectacle, ces pierres chargées de légendes, ces petits passages si caractéristiques et cette baie tellement splendide. Je ne regrette pas le voyage.

Bon il est tout de même temps de prendre la route du retour. Qui se fera quasi d’une traite, je n’aime pas rentrer. Et c’est juste après un arrêt nocturne à Saumur et une visite rapide au cousin chez VINTAGE AUTOHAUS que nous bouclons les 2900 kilomètres de ce périple. 

Alors c’est vrai, nos anciennes ne sont peut être pas aussi confortable qu’une moderne, la preuve nous n’aurons pris qu’une douche en 6 jours … Mais une chose est sûre c’est qu’elle vous procurera des souvenirs inaltérables et des sourires en pagaille lors de votre passage. Je ne peux donc que vous inviter lors de votre prochain week end ou vacances à prendre votre bolide (même si ça n’en ai pas un hein) et à rejoindre l’aventure.


Texte et photos : Antony Gonzaless



234 vues